Route des Manairons


Voyage au pays des Manairons: Itinéraine à travers la mythologie pyrénéenne des Vallées D'Aguilar!

Nous vous invitons à découvrir des lieux de légende, les refuges de la mythologie pyrénéenne (Espagne). Nous avons choisi les vallées d’Aguilar à partir d’un des itinéraires du livre Viatge al Pirineu fantàstic, de Pep Coll. Les mythes et les légendes recueillis dans cet ouvrage avec ceux du volume Marrades. Màgia i realitat a la muntanya, de Joan Obiols, font l’objet du parcours que nous vous proposons.La mythologie pyrénéenne (Espagne) est très présente dans les vallées d’Aguilar. Un parcours dans cette vallée est donc une occasion non seulement d’entrer dans le monde légendaire des Pyrénées, mais aussi de découvrir cette vallée très peu connue et qui cache néanmoins un patrimoine naturel exceptionnel.C’est dans cette vallée qu’habitent les manairons (que l’on appelle aussi minairons ou menairons, selon l’endroit) de la Guàrdia d’Ares, petits êtres mythologiques fascinants. Les éboulis que l’on trouve dans les alentours du village sont aujourd’hui encore le témoignage et la preuve de leur incroyable force. Ce sont donc ces petits coquins que nous avons choisis comme « guides » de cet itinéraire et qui seront aussi les premiers mythes auxquels nous « rendrons visite» lors de notre parcours fantastique. Le nom que nous avons choisi pour cet itinéraire « Voyage au pays des manairons » est aussi une invitation au monde des contes, à leurs aventures et mystères.



Points de la route il·lustrés avec des peintures murales sur céramique:

1. Noves de Segre. La mythologie pyrénéenne

C’est grâce à la culture populaire que les légendes ont perduré et continuent à exister. En effet, au fil du temps celles-ci se sont transmises de génération en génération, les grands-parents les racontaient à leurs petits enfants, assis autour de la cheminée pendant les soirées d’hiver ; c’était une tradition dans les foyers des Pyrénées. Ces légendes étaient ni plus ni moins que des explications humaines à des phénomènes auxquels nul ne trouvait d’explication raisonnable. C’est alors qu’apparaît toute une série d’êtres fantastiques ayant des pouvoirs surnaturels qui leurs permettaient par exemple d’entasser des montagnes de pierres, d’éviter la grêle, de soigner les maladies ou de justifier certaines fortunes. C’est ainsi qu’apparaissent les manairons, les êtres enchantés, les géants, les sorcières, les diables les femmes- pantigana...

2. La Guàrdia d’Ares. Les manairons

Les récits populaires racontent  qu’un jour le maître de cal Feu de la Guàrdia s’en allait vers Organyà avec son domestique à travers le col du Pillat. Lorsqu’ils arrivèrent à l’Arreposador, le maître s’aperçut qu’il avait oublié chez lui le tube des manairons, ces petits êtres courageux que l’on cueille sur une plante la nuit de la Saint Jean, lors de la pleine lune.

-Ton, tu dois rentrer à la maison et dire à ma femme de te donner un tube qu’il y a sur ma table de nuit, mais veille bien à ne pas l’ouvrir!

Le domestique fit la commission mais sa curiosité fut trop forte : il ouvrit le tube et tout à coup  une foule de manairons en sortit, demandant du travail à faire  

-Entassez les pierres, autant que vous pourrez- leur demanda Ton, surpris et excité.

Lorsqu’il lui sembla que les manairons commençaient à en faire  trop, Ton leur fit comprendre qu’ils devaient retourner à l’intérieur du tube ou alors…

Les éboulis surprenants que l’on trouve dans la forêt de l’Obaga de la Guàrdia témoignent encore aujourd’hui de ce fait. 

3. Taús. Le dernier maure du pays

Il vivait dans une maison à la campagne, tout seul, mort d’inquiétude. Surveillé et poursuivi, il devait tuer et voler pour continuer de vivre. C’était le dernier maure du pays. Il était devenu tellement agressif et méfiant qu’il tuait sans exception tous ceux qui osaient s’approcher de lui. Il ne s’amadouait, et encore  que lorsqu’il voyait une femme. Avec le temps, cette faiblesse allait lui valoir la mort. Son attitude violente ne faisait qu’augmenter, jusqu’au jour où les gens de Taús mirent main à la pâte. Ils décidèrent entre tous qu’un jeune héritier du village se déguiserait en femme puis irait lui rendre visite. Et c’est ce qu’ils firent. Le maure, en voyant apparaître la belle femme, courut à son encontre et l’embrassa passionnément. À l’instant même où il l’embrassait il sentit une froideur étrange lui parcourir tout le corps puis il s’écroula, un poignard dans le ventre, blessé à mort. 

4. Castellàs del Cantó. Le secret des enchantées

Les enchantées étaient de toutes petites femmes qui vivaient cachées au fond d’une flaque d’eau. Ce n’est qu’une fois par an, la nuit de la Saint Jean, qu’elles osaient sortir de leur cachette. Dès que la nuit tombait, elles sortaient toutes de l’eau et se mettaient à laver le linge qu’elles étendaient ensuite dans une grotte voisine. Les gens du village savaient que ces vêtements étaient un trésor. Ceux qui arrivaient à prendre une pièce de linge des enchantées s’assuraient un avenir sans misères, même s’ils ne devenaient pas riches pour autant. Mais bien sûr, ce n’était pas facile de prendre une taie d’oreiller ou un mouchoir. En effet, les enchantées surveillaient leur linge avec zèle. On raconte que certains malins arrivèrent quand même à détourner leur surveillance.

5. Biscarbó. Le trésor du roi d’Angleterre

À l’Obac il y a un dolmen. Les gens du village l’ont surnommé la dalle du Corralet. Les vieux de Biscarbó expliquaient qu’autrefois il y eut une grande guerre et que là-bas, à l’endroit de la dalle, reposait le roi d’Angleterre, mort dans un combat. 
Aujourd’hui on raconte qu’un jour deux couples arrivèrent à Biscarbó avec des pelles et des pioches. Ils trouvèrent le dolmen puis aussitôt se mirent au travail. Ils cherchaient un trésor qu’ils disaient être caché juste au-dessous du dolmen. Il va de soi qu’ils durent tout de suite mettre fin à leurs fouilles. 

6. Argestues. La formation des Pyrénées

Le monde était plat comme une planche à repasser. Dieu décida d’y mettre des montagnes. Il prit un sac rempli de rochers puis là où il lui semblait il lançait un rocher qui se transformait en  montagne. Les rochers étaient tellement lourds et pointus qu’ils finirent par trouer le sac et tomber tous par terre, entre l’Atlantique et la Méditerranée. Lorsque Dieu s’en retourna au ciel, il fut tellement captivé par cette beauté qu’il en eut les larmes aux yeux. On raconte que ces rochers-là sont les montagnes des Pyrénées ; et que les larmes de Dieu sont les lacs répartis tout autour des ces montagnes.

Informations fournies par: Consell Comarcal de l'Alt Urgell






Recursos turísticos relacionados


Ajouter commentaires

:

images CAPTCHA
Inscrire le code de validation

 

Saison de Neige 14/15

Les Pyrénées de Lleida vous offrent un éventail d'activités pour cet hiver. Vous ne pouvez pas les manquer!

+ Info

Randonnées et VTT, le pari pour un Tourisme Actif!

Propositions d’été pour profiter de la nature en famille tout en faisant un peu de sport.

+ Info

The Parc Astronomique du Montsec

Profitez d’un des équipements astronomiques les plus importants de l’Espagne. Venez et jugez par vous-mêmes !

+ Info