La Porta del Cel


UNE TRAVERSÉE AU-DELÀ DE LA COMPÉTITION!

Ce circuit au nom si évocateur nous emmène presque jusu’au ciel lorsqu’on grimpe le plus haut sommet de la Catalogne (Espagne), la Pica d’Estats. Pendant le parcours, on atteind un autre sommet, le pic Certascan. Le bleu des étangs n’est que le reflet du ciel qui varie de tons sur chacun des étangs. En partant du magnfique étang de Certascan, le plus gand lac des Pyrénées(Espagne), on peut se balader par ceux de Sotllo, Pinet, les étangs Bleus, les Romedos, etc., entourés de paysages tout aussi enchanteurs. Ce parcours dépasse les frontières créees par l’homme et propose une balade par les deux versants des Pyrénées, celui de l’Ariège et le catalan. 


LE CIRCUIT

Le circuit relie 4 refuges Certascan, Pinet, Vallferrera et le camping de Graus, en passant encore par le village de Tavascan et par le nouveau Parc Naturel de El Alt Pirineu et de l’Ariège. Le fait qu’il n’y ait que 4 refuges oblige à faire la traversée en 5 jours maximum. Autrement, il faudra prévoir un bon sac à dos, à manger et une tente. Même si les étapes sont longues, avec des sacs légers et un peu de fond elles se font sans problèmes. es paysages magnifiques et sauvages qu’on découvre pendant le circuit accompagnent ces lieux emblématiques des Pyrénées: le pic de Certascan et la Pica d’Estats, le plus haut sommet de la Catalogne (3.143m) ; la Vallée de l’Artiga et le refuge de Pinet ; la Plaine de Boet ; les cabanes (bordes) de Noarre et de Graus ; le village de Tavascan ; les étangs Bleus, celui de Romedo, d’Estats et de Sotllo et finalement le Certascan, le plus grand lac naturel des Pyrénées, etc. Ce circuit permet de découvrir une partie de la région, mais pour franchir tous les sommets et profiter de la splendeur des lacs, il faudra prévoir plus de jours ou bien refaire une traversée. 

  • 1. De Tavascan à Graus

  • Dénivelé: +290, -50 m.
    Distance: 4’2 kms.
    Durée 1.30 h.


    Cette mini étape est un avant-goût de la traversée qui nous attend. Une étape courte qui permet de ne pas trop prolonger les suivantes.Visiter le village de Tavascan, pas trop dégradé encore par le tourisme, est un bon début pour ceux qui sont venus de loin. L’église et le pont roman, ainsi que les maisons en pierre et aux toits en tuile sont restés intactes depuis des centaines d’années. Après la route et la visite du village, un bon repas et vous serez prêts pour commencer de bon pied la traversée.Le départ se fait par un ancien chemin rempli d’histoire. En effet, c’est par-là que passaient autrefois les gens du village pour aller en montagne faucher l’herbe ou surveiller les troupeaux. Quelques voisins restaient même tout l’été dans les montagnes et ne redescendaient qu’à l’hiver lorsque la neige recouvrait les bergeries de Graus ou de Noarre. Les contrebandiers empruntaient aussi ce chemin pour arriver jusqu’en France, où ils chargeaient des sacs de farine ou autres comme moyen de survie.Le chemin monte tout doucement en suivant la rivière de Tavascan, que l’on traverse deux fois avant d’arriver sur des prés plus aérés qui nous emmènent au refuge de Graus, dans le camping.

  • 2. Du refuge de Graus à Certascan, par le pic de Certascan

  • Dénivelé: +1500, -620 m.
    Distance: 12,5 kms.
    Durée 6.20 h.
    Sans monter au sommet 5.15 h.

    Cette étape est déjà bien représentative de la traversée. C’est l’étape avec le plus grand dénivelé, mais en revanche la descente est courte.On passe au dessus du barrage de Graus direction de la rivière de Noarre. La montée devient plus pentue, mais le chemin se fait sans problèmes jusqu’aux cabanes de Noarre. Ces cabanes, uniquement accessibles à pied, sont très bien conservées, mais malheureusement il n’y reste q’un seul habitant, Jacques. Les autres cabanes, vides la plupart du temps, sont des résidences secondaires.Le chemin continue à monter progressivement, d’abord par des prés, jusqu’à la cascade. Là, le chemin tourne et s’enfile en zigzag dans le bois jusqu’à la la Pleta de Guerosso. Cette belle Pleta est tout ce qui reste de l’ancien lac recouvert de sédiments. À cet endroit-la, le chemin devient plus scabreux et nous emmène jusqu’à létang Bleu inférieur, toujours en suivant la rivière. Si vous avez le temps et suffisamment de forces, vous pouvez allez voir les trois autres étangs qui sans être dans le parcours sont quand-même accessibles.Lorsqu’on atteint le col de Certascan, on peut déjà accéder au refuge, ou alors suivre l’itinéraire par le pierrier pour monter jusqu’au sommet du pic de Certascan, à 2853 m. Du sommet on a une des plus belles vues panoramiques des Pyrénées (Espagne). Le sommet atteint, on redescend vers le refuge, où l’on peut encore trouver de la neige en fonction de la saison. Sur la descente, on passe par le lac de Certascan, de 1200 mètres de long, 60 mètres de large et 102 mètres de profondeur et qui est le plus grand lac naturel des Pyrénées (Espagne). Le lac est bleu cobalt, entouré de montagnes schisteuses et granitiques rouges blanches.

  • 3. Du refuge de Certascan au refuge de Pinet (Route GPS)

  • Dénivelé: +- 1350 m.
    Distance: 13 kms.
    Duré: 7.45 h.

    En partant du refuge, on suit un sentier qui traverse le col de Llurri en faisant 35 virages et de là on a une vue de rêve sur l’étang Romedo de Dalt, avec sa petite île et les pins solitaires. Mais sur cette étape on ne s’attarde pas sur le lac car il faut encore redescendre jusqu’à l’étang Romedo de Baix.
    Sur notre parcours, on passe encore par deux étangs aux eaux cristallines et par un chemin assez droit qui mène au Col de l’Artiga. De cet endroit-là, la vue se perd au fond de la vallée de l’Artiga jusque dans une zone des Pyrénées françaises moins connue, l’Ariège.
    En traversant le pierrier, on arrive à une zone de prés et on abandonne cette vallée pour suivre la rivière engorgée qui descend de l’étang de Montestaure. Après une montée raide au milieu d’un paysage sauvage, nous arrivons sur une pointe secondaire du Recós, d’où l’on aperçoit la fin de cette étape, le refuge de Pinet, encore bien loin. À partir de là commence la descente vers le col du Picou de l’Estela (le bâtons sont bien utiles à cet endroit-là), sous la jetée qui ferme le chemin. On remonte alors plus haut que le refuge pour aller rejoindre la rivière encaissée de Barz. On traverse la rivière et à l’aide d’une chaîne on traversse un petit passage puis on redescend vers le refuge de Pinet.

  • 4. Du refulge de Pinet au refuge de Vallferrera, par la Pica d’Estats (3143 m)

  • Dénivelé: +1100, -1400m.
    Distance: 13,3 kms.
    Durée 7.15 h.
    Sans monter au sommet 5.45 h.

    Celle qui semblerait être l’étape reine du circuit est en fait la plus aisée et courte (en dehors de la 1ère). Les chemins sont bien balisés et faciles à suivre.
    Le versant français est très sauvage et encaissé par des murailles impressionnantes qui le séparent de la Catalogne (Espagne). On suit la rivière Barz jusqu’à l’étang d’Estats et au-delà du Montcalm, toujours entourés d’un paysage rocheux et minéral. Un autre petit étang glacé la plupart du temps nous emmène jusqu’à un col depuis où nous pouvons rejoindre directement le refuge de Vallferrera en cas de mauvais temps ou si l’on est trop fatigués pour continuer. Cependant, le circuit continue par le Col de Riufred et la Pica d’Estats. Si par contre il vous reste encore des forces, on peut grimper tous les trois mille du coin : le Montcalm, le Sotllo, etc., mais il faut quand-même garder des forces pour l’étape suivante.
    De la Pica on va au Col de Sotllo, où selon la saison on peut trouver un petit glacier qui nécessiterait des crampons. À partir du col on entame une descente moisn agréable par le pierrier jusqu’aux étangs d’Estats et de Sotllo.
    Finalement, lorsque le canyon se referme, on suit sur les flancs de l’Areste jusqu’au refuge. 

  • 5. Du refuge de Vallferrera à Tavascan

  • Dénivelé: +1315, -2100 m.
    Distance: 20,3 kms.
    Durée 9.30 h. (Par Boavi 8 h.)

    Celle-ci est l’étape la plus longue et avec le plus grand dénivelé en descente. Si l’on est fatigués ou nous ne croyons pas pouvoir arriver à Tavascan, on peut descendre par la vallée de Sallente jusqu’à Boavi, où l’on prendra la piste jusqu’à Tavascan.  
    On suit la rivière de Vallferrera en pleine forêt par le chemin de Rebuira jusqu’au moment de commencer la montée et arriver au canyon de Baborte. On passe par les étangs et le refuge jusqu’au col de Sellente, et on continue la descente jusqu’à l’étang de Becero. D’ici on emprunte l’ancien chemin muletier abandonné depuis des dizaines d’années, qui passe par des ruisseaux asséchés, passe à flanc de montagne et nous emmène jusqu’à la Ribera de Boldís. Les vues panoramiques de ce sentier qui suit les limites de la forêt sont magnifiques, mais le parcours est bien long et on peut vite oublier de profiter de cette vue.
    La dernière partie part des cabanes et descend petit à petit, bien que l’on reste toujours à flanc de montagne, dans une descente qui ne se termine jamais et d’où l’on voit déjà les villages de Aineto et Tavascan. Finalement on arrive au cabanes en ruines de les Planes et on change complètement de direction pour suivre le GR sur un tronçon qui descend directement à Tavascan.

    Variante 5.1. Du refuge de Vallferrera à Àreu

    Dénivelé: +100, -800 m.
    Distance 11 kms.
    Durée: 2.35 h.


    La variante par Àreu, se divise en deux étapes et suit toujours le GR 11, très bien balisé. La première étape est très calme et facile et nous permet de nous reposer après les étapes précédentes.
    Le début du chemin est impressionnant, au milieu d’une belle forêt de sapins sur une piste plate. Plus bas, la forêt devient plus variée avec des pins et des bouleaux, jusqu’à enchaîner sur la piste qui après 5 kms. arrive au village de Àreu.

    Variante 5.2. De Àreu à Tavascan par le col de Tudela

    Dénivelél: +980, -1090 m.
    Distance 20 Kms.
    Durée : 6.15 h.


    Le parcours suit pas mal de piste qui font perdre un peu de l’attrait du paisaje, rendant l’étape monotone et la moins alpine de la traversée.
    On monte par la piste jusqu’aux cabanes de Costuix, d’où l’on emprunte un chemin dans une forêt de pins et l’on gagne de la hauteur. On arrive au col de Tudela puis le chemin redescend vers la piste assez fatigante jusqu’au village. Le chemin traverse le village Boldís Sobirà et continue sur le flanc de la montagne par un ancien sentier jusqu’à la descente au village de Tavascan.

Informations et réservations:



La Porta del Cel

Web: www.laportadelcel.com
E-mail: info@laportadelcel.com





Recursos turísticos relacionados


Ajouter commentaires

:

images CAPTCHA
Inscrire le code de validation

 

Saison de Neige 14/15

Les Pyrénées de Lleida vous offrent un éventail d'activités pour cet hiver. Vous ne pouvez pas les manquer!

+ Info

Randonnées et VTT, le pari pour un Tourisme Actif!

Propositions d’été pour profiter de la nature en famille tout en faisant un peu de sport.

+ Info

The Parc Astronomique du Montsec

Profitez d’un des équipements astronomiques les plus importants de l’Espagne. Venez et jugez par vous-mêmes !

+ Info