Boumort


La Réserve Nationale de Chasse de Boumort (RNC) dépend du Departament de Medi Ambient de la Generalitat de Catalunya (Département de l'environnement du Gouvernement autonome de la Catalogne) et a été créé dans le cadre de la Loi 17/1991 approuvée par le Parlement Catalan le 23 octobre 1991, afin de protéger promouvoir et développer les espèces animales qui y habitent à l'état sauvage et préserver ainsi les écosystèmes auxquels elles appartiennent.
La Réserve a une extension de 13.097 ha. Elle est située en bordure des Pyrénées (Espagne) occidental català, occidentales catalanes, entre les vallées de la Noguera Pallaresa du Sègre et comprend toute une chaîne de montagnes disposées transversalement allant d'une vallée à l'autre, parmi lesquelles l'on remarque la serra (chaîne) de Boumort qui donne nom à la Réserve, la serra de Carreu, la serra de Cuberes et la serra de Batsacans.
Les points les plus élevés de la Réserve, par ordre décroissant, se trouvent : au pic de Boumort (2.077 m), suivi du Pi Sec (1.917 m) et enfin au Cap de Carreu (1.848 m).
On y découvrira un paysage typique de bordure des Pyrénées avec des chaînes de montagnes abruptes et un relief très accidenté qui donne lieu à des contrastes très marqués, cela favorisant une grande diversité.

Végétation
La végétation de la RNC présente un éventail très représentatif de la végétation caractéristique de la bordure des Pyrénées catalanes (Espagne) du centre ouest. En outre, cette végétation s'enrichit d'espèces boréalpines se trouvant à l'étage subalpin des points culminants de la serra de Boumort, et conserve des éléments xéro-méditerranéens contribuant d'autant plus à la singularité de ces montagnes.
La grande diversité de la végétation constitue une des caractéristiques les plus remarquables, aussi bien en ce qui concerne le nombre de communautés existantes, qu'en ce qui concerne sa structure. Cela est dû au large éventail des conditions environnementales données sur une surface relativement restreinte. Aussi, pratiquement tous les étages altitudinaux sont représentés dans la végétation actuelle, excepté l'alpin.
Le paysage dominant est de type méditerranéen avec des pinèdes secondaires de pins noirs et de pins maritimes se situant dans le domaine des chênes à petites feuilles, aujourd'hui relégués près des ravins et autres lieux inaccessibles.
Les arbres que l'on peut rencontrer sont les suivants : des chênes à petites feuilles, des pins maritimes, des pins noirs et des sapins, ainsi que des buissaies, des graminées et des genévriers. En outre, le romarin, les genêts, etc. peuplent les zones brûlées il y a quelques années.
On remarque la présence de cinq plantes strictement protégées dans cet espace naturel: Aquilegia pyrenaica, Narcissus alpestris, Astragalus danicus, Thymelaea nivalis et Pulsatilla alpina.

Faune
L'espèce caractéristique de la RNC est le cerf ibérique (Cervus elaphus), il représente en ces montagnes une des populations les plus importantes et les mieux structurées des Pyrénées. Le chamois des Pyrénées, autrement appelé isard (Rupicapra pyrenaica) est également présent et, de façon plus localisée le chevreuil (Capreolus capreolus). Le sanglier (Sus scrofa)est également présent et l'on peut régulièrement l'observer dans les bois d'yeuses et les chênaies en train de chercher intensément des glands et autres fruits des bois.
En ce qui concerne la faune proprement forestière on remarque le coq de bruyère (Tetrao urogallus), le pic noir (Dryocopus martius), le hibou pyrénéen (Aegolius funereus) et la bécasse (Scolopax rusticola).
Dans les espaces plus ouverts on peut rencontrer la perdrix rouge a (Alectoris rufa), le pain (Oryctolagus cuniculus) et le lièvre européen (Lepus europaeus); et sur les rochers escarpés les rapaces rupicoles sont présents, tels que le gypaète barbu (Gypaetus barbatus) (c'est l'endroit de Catalogne avec la plus forte présence de cette espèce), le vautour commun (Gyps fulvus) (c'est dans la Réserve que se trouvent le nombre d'aires le plus important de toute la Catalogne) , le percnoptère (Neophron percnopterus), l'aigle royal (Aquila chrysaetos), le falcó pelegrí (Falco peregrinus) ou le hibou grand duc (Bubo bubo).
Parmi les carnivores on rencontre le renard (Vulpes vulpes), le blaireau (Meles meles)) et la fouine (Martes foina), ainsi que d'autres carnivores plus localisés comme le chat sauvage (Felis silvestris), la martre (Martes martes) ou la belette (Mustela nivalis).
Enfin, il convient de souligner la présence d'espèces singulières dans les ruisseaux et autres cours d'eau, telles que le triton pyrénéen (Euproctus asper) (endemisme ibèric) ou l'écrevisse autochtone (Austropotamobius pallipes) (de plus en plus rare et localisée). 

Description du brame du cerf
La période du brame commence vers la mi-septembre et termine vers la mi-octobre. Durant cette période les mâles se disputent les femelles et créent leurs propres harems en bramant constamment, ils marquent leur territoire avec des sécrétions glandulaires et urinaires et égratignent les troncs avec leurs bois.
Durant la période du brame les individus dominants développent une activité intense afin de préserver l'unité de leur harem. Aussi à cette période ils ne cessent de se poursuivre et de lutter avec le reste des mâles concurrents, cela entraînant un affaiblissement appréciable à la fin de la période du rut.
Les mâles les plus jeunes et les individus les plus dominants, attendent jusqu'à la fin du brame (correspondant au moment où les exemplaires dominants sont très affaiblis) pour couvrir une femelle tardive.
Il faut savoir que le rut chez les femelles dure très peu, puisqu'elles ne sont réceptives que pendant 24 heures.
Vers la mi-octobre, l'intensité du rut des mâles décroît et les femelles commencent à abandonner les harems pour rejoindre d'autres femelles jusqu'à l'automne suivant.

Recommandations à suivre pendant le brame à la RNC de Boumort

  • En premier lieu, il convient de souligner qu'il s'agit d'une période vitale pour l'espèce, aussi faudra-t-il veiller à interférer le moins possible avec l'activité de cet ongulé.
  • Rester silencieux.
  • Toujours circuler sur les pistes principales, ne les abandonner en aucun cas et surtout pas pour approcher les animaux qui sentiraient votre présence, cesseraient de bramer et fuiraient.
  • Nous vous recommandons de vous poster à un endroit d'activité intense du brame et d'attendre en silence, vous augmenterez ainsi vos possibilités de faire une observation intéressante.
  • Prenez des jumelles et un télescope terrestre afin d'améliorer votre observation. Un guide pour identifier les oiseaux et les mammifères (groupes de vertébrés les plus faciles à observer) vous sera également fort utile.
  • Un véhicule tous terrains est indispensable pour réaliser certains circuits.
  • Du fait d'une grande affluence de visiteurs ces derniers temps à la Réserve on observe une augmentation des détritus en montagne. C'est pourquoi depuis la Réserve nous en appelons à votre civisme afin que les activités qui y ont lieu puissent être viables à long terme pour l'environnement.
  • Les excursions sans guide sont déconseillées durant cette période.

Nouvel observatoire d'oiseaux
Il s'agit d'une petite construction, une surface d'environ 11,5 m2 bruts, recouverte en pierre de la région pour mieux s'intégrer au paysage environnant. C'est un observatoire avec un angle d'observation de 360º, cela permettant une vision panoramique sur l'esplanade de Boumort où les rapaces viennent se nourrir. Per a utitlitzar l'Observatori cal pagar una taxa i cal sol·licitar-ho a la Delegació Territorial del Departament de Medi Ambient i Habitatge, (Ronda. Sant Martí 2-6 25006 Lleida).

L'observatoire est distribué en modules:

  • Espace d'observation : on l'utilise pour observer les oiseaux lorsqu'ils viennent se nourrir. Sa forme hexagonale permet une observation à partir de 6 points différents avec un angle de vision de 360º. Cela permettant en ce qui concerne les amants de la photographie, de choisir d'utiliser une fenêtre ou une autre, en fonction de la lumière et du moment de la journée.
  • Espace annexe: Il est situé près de la porte d'entrée, il y a des étagères pour pouvoir y déposer du matériel et un petit lavabo.
  • Bassin servant d'abreuvoir et de baignoire pour la faune : Le réservoir d'eaux pluviales dispose d'un déversoir qui conduit l'eau vers un bassin d'environ 10 mètres de diamètre permettant à la faune de s'y abreuver ou éventuellement de s'y baigner.
  • Système de plaques photovoltaïques: Ce système permet de brancher tout appareil électrique en cas de besoin à l'intérieur de l'observatoire.
  • Il est prévu dans le futur que l'espace soit équipé d'une antenne de détection électrique permanente: 24 heures sur 24 pour l'ensemble des gypaètes barbus des Pyrénées munis d'une puce. Ce suivi de la population du gypaète permettra d'étudier quelle utilisation fait le gypaète de cette esplanade aménagée pour ses besoins alimentaires dans la Réserve.



Informations fournies par:






Ajouter commentaires

:

images CAPTCHA
Inscrire le code de validation

 

Saison de Neige 14/15

Les Pyrénées de Lleida vous offrent un éventail d'activités pour cet hiver. Vous ne pouvez pas les manquer!

+ Info

Randonnées et VTT, le pari pour un Tourisme Actif!

Propositions d’été pour profiter de la nature en famille tout en faisant un peu de sport.

+ Info

The Parc Astronomique du Montsec

Profitez d’un des équipements astronomiques les plus importants de l’Espagne. Venez et jugez par vous-mêmes !

+ Info